MENU

Juillet 2019. Souvenirs de vacances.

On vous emmène avec nous, en ce moment où nous sommes confinés. Ça ne tombe pas si mal, de ne pas avoir pris le temps d’écrire cet article avant, finalement. En revoyant ces photos, nous revivons avec vous ce séjour. Avec une sensation de liberté retrouvée qui, il faut l’avouer, fait beaucoup de bien!

Nous avons choisi Sarlat-la-Caneda pour y poser notre campement. Léo connait bien l’endroit pour y être allé très souvent pendant son enfance. Cette fois-ci c’est à sept que nous partons. En camping. Sous la canicule. Et en se disant que l’année prochaine nous ne partirons pas car nous savions déjà que nous allions avoir notre ferme, en Normandie.

La Dordogne, dans le Périgord, les pierres jaunes, la chaleur, les baignades dans la Dordogne, les châteaux, les grottes, les jardins…

Nous avions hâte d’y être. Ça commence par un peu de route. Dix heures.

C’est parti, bon voyage, avec nous.

On vous emmène avec nous. Départ 6h00 du mat’.
6h30, notre chauffeur est hyper concentré (et qu’à moitié réveillé).
Et les enfants ont déjà replongé dans le sommeil. Ça tombe bien. 10 heures de route, c’est long.

Nous sommes arrivés à destination. Sarlat-la-Caneda, nous voilà !

La place du marché de Sarlat. Première sortie après notre arrivée.
Premier équipement nécessaire dans ce pays, le chapeau !
“Manger peu, dire la vérité, faire l’amour, écouter les oiseaux.”

Sarlat vit la nuit, c’est une ville qui accueille tous les étés de fabuleux spectacles de rues. Nous y passerons plusieurs soirées.

Domme, ancienne bastide médiévale fondée en 1281. Ici, la Porte des Tours.
Et son marché, fort agréable.

Ce jour-là, le ciel s’est vite couvert sur Domme. Nous y reviendrons donc, profiter du marché et de la vue plongeante ensoleillée sur la Dordogne.

Sous une chaleur écrasante, direction La Roque Gageac.
La Roque Gageac cache un jardin exotique sur ses hauteurs. Ici, un arbre à soie.
La Dordogne, ses canoës.
Le Manoir de Tarde, à la Roque Gageac.
Nous nous jetons sur tous les points d’eau que l’on trouve sur notre chemin tellement nous avons chaud. Pour les Normands que nous sommes, c’est dépaysant !
Un peu d’eau fraîche sur les avant bras et dans le cou. Et hop, c’est reparti !
La Roque Gageac, l’un des plus beaux villages de France. Superbe balade assurée !

Bye la Roque Gageac, direction Rocamadour le lendemain.

Une bonne heure de route et enfin, Rocamadour est là, sous nos yeux.
On se gare en bas de la vallée, près du lit du canyon de l’Alzou (ruisseau souvent à sec, comme c’était le cas cet été).
L’arrivée dans le village se mérite, puisque qu’il y a un sacré dénivelé à grimper. 120 mètres au-dessus du canyon.
La rue de la Couronnerie, l’unique rue de Rocamadour, est vraiment très animée.
Le sanctuaire, vu d’en bas, dans lequel se trouve la Vierge Noire. Et tout là-haut, on peut apercevoir le château.
Prenons encore un peu de hauteur, vue de la chapelle Notre-Dame.
On voit bien ici la rue de la Couronnerie.
Rocamadour est un lieu de pèlerinage. Nos petits pèlerins à nous ont été bien courageux !
Nous arrivons au point culminant et méritons alors la vue sur le château de Rocamadour.
Récompense ultime pour avoir bravé autant de dénivelé sous 40 degrés : une bonne glace !
Fin de la visite, à une prochaine Rocamadour !

Chaque soir dès qu’on peut, direction Sarlat pour profiter des spectacles de rues.

Nouvelle journée, nouvelle balade. Cette fois nous prenons la route direction les Eyzies de Tayac, un site troglodytique dans la vallée de la Vézère occupé depuis la préhistoire.

Puis sur la route du retour, petit arrêt à Beynac le temps d’une baignade.

On ne pouvait pas passer nos vacances près de Sarlat sans aller au château de Castelnaud

La château de Castelnaud, on arrive !
La vue d’en haut ! C’est d’ailleurs de là que l’on repère pour plus tard, notre coin favori pour se baigner dans la rivière.
Le musée de la guerre au Moyen Âge : le parcours pédagogique a accompagné les enfants pendant la visite.

Visite à faire absolument si vous êtes dans le coin. Impressionnant pour les petits, comme pour les grands. Notre visite à nous a été un peu courte : chaleur trop écrasante ce jour-là, trop difficile à supporter longtemps.

Le village au pied du château.

Après la visite du château, direction la rivière pour la baignade quotidienne. On n’a jamais autant apprécié l’eau fraiche !

Libellule ou demoiselle?

Nouvelle journée, nouvel endroit : Beynac. Nous ne visiterons pas le château, mais uniquement le village. Qui fait lui aussi partie des plus beaux villages de France. Quelle beauté !

Le château de Beynac.
Seul quelques uns d’entre nous parviendront à monter jusqu’au château. La chaleur aura eu raison des autres.

Les petites terrasses ombragées par la végétation sont pleines de charme.

Fin de la visite, retour “chez nous” et nouvelle balade à Sarlat-la-Caneda.

On a découvert les rues principales et nous nous engouffrons maintenant dans les ruelles pour y découvrir des endroits plus paisibles.

Une petite baignade ? Au pied du château de Castelnaud, s’il vous plaît. On a trouvé notre coin, et on s’y sent bien.

Où va t’on maintenant?
Au jardin d’Eau près de Carsac. Ce lieu est sublime, apaisant et rafraichissant.
Une piscine écologique, notre rêve !
Le labyrinthe aquatique, quel merveilleux endroit !
On cherche l’eau dès que possible tellement la chaleur est impressionnante. On resterait bien là plus longtemps.
Une fleur de lotus, de toute beauté.
Le bassin des carpes koï, que les enfants ont pu nourrir.
Des nénuphars géants (ou Victoria Amazonica), qui possèdent les plus grandes feuilles du monde parmi les espèces aquatiques.
Au fond, tout là-bas, le château de Beynac.

Et puis aller en Dordogne sans descendre dans le Gouffre de Padirac, ça serait quand même dommage. Nous voilà donc partis pour une expédition 103 mètres sous terre.

Le Gouffre de Padirac.
Vue d’en haut. En plus d’une exposition de Robert Doisneau, c’est la fraîcheur qui nous attend en bas.

Une cavité de 33 mètres de diamètre. La bâche Doisneau fait 30 mètres de haut, pour vous donner une idée. 45 degrés à l’extérieur, 13 degrés tout en bas. Le premier site du monde souterrain se trouve en France, et nous y sommes.

Une grande partie du parcours sous terre se fait en bateau, c’est vraiment sympa à faire. Pendant la traversée, interdiction de prendre des photos. Mais voici, un peu plus loin, l’ambiance qui y règne.

Après avoir passé 2 heures sous terre, le retour là-haut nous a donné un sacré coup de chaud. Baignade obligatoire, donc, sur le chemin du retour vers le camping.

Avant la fin des vacances, nous voulions retourner voir Domme et sa jolie vue sur la Dordogne, sous le soleil. Nous y voilà.

Retour à Domme. Un jour de marché.
Vue sur la vallée de la Dordogne.
On passe par La Roque Gageac pour aller chercher le frais à la rivière.
Quelques cartes postales au passage.

Les baignades dans la rivière auront été notre fil rouge des vacances. Parce-qu’une canicule en Dordogne, ça chauffe sacrément et que les 45 degrés au soleil, eh bien on a eu un peu de mal à supporter. L’eau fraîche de la Dordogne nous a sauvé la mise plus d’une fois et c’était surtout un vrai bonheur de se baigner dans ses eaux claires.

On s’est fait une amie.
Et une deuxième.
Le fameux gâteau aux noix, miam !
45°C à 17h45. C’est pas une blague.

Dernière journée, on vient dire au revoir à Sarlat.

Place de la Liberté.
La place du marché aux oies, à Sarlat.

Ses jolies petites rues, la pierre chaude et le soleil qui se faufile.

Fin du voyage, retour en Normandie. Nous avons laissé le soleil là-bas, la pluie et la fraîcheur nous attendaient à l’arrivée. Mais nos peaux bronzées et tous ces souvenirs plein la tête ont fait de ces vacances en Dordogne une jolie parenthèse, que nous ne sommes pas prêts d’oublier.

Retour à la maison. Au frais. Bien fatigué.
Commentaires
Rêveries en Périgord

Très chouette article avec de très belles photos qui illustrent magnifiquement bien notre belle région ! Bravo. Je partage😉

Ajoutez votre commentaire

FRMER